Skip to main content

“Tout l’art de la guerre consiste à atteindre ce qui se trouve de l’autre côté de la colline.”

– Carl von Clausewitz

En tant que chef militaire, il est essentiel de comprendre les avantages et les inconvénients potentiels de l’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans les opérations. La théorie de la friction de Clausewitz, selon laquelle la guerre est par nature incertaine et imprévisible en raison de divers facteurs de “friction”, peut nous aider à comprendre comment l’IA peut à la fois perturber et faciliter les opérations militaires.

Tout d’abord, examinons les avantages potentiels de l’IA dans les opérations militaires. Clausewitz a écrit : “Tout est très simple dans la guerre, mais la chose la plus simple est difficile.” L’IA a le potentiel de simplifier et de rationaliser les processus décisionnels complexes, permettant des réponses plus rapides et plus précises aux conditions changeantes du champ de bataille. En outre, l’IA peut traiter de vastes quantités de données et identifier des modèles qui seraient impossibles à détecter par des analystes humains, offrant aux chefs militaires un nouvel outil précieux pour la collecte et l’analyse de renseignements.

Cependant, Clausewitz a également averti qu'”aucun plan ne survit au contact avec l’ennemi”. Les systèmes d’IA, comme toute autre technologie, ne sont pas infaillibles et peuvent être vulnérables au piratage, au brouillage ou à d’autres formes de perturbation. En outre, les systèmes d’IA peuvent ne pas tenir compte de la nature unique et imprévisible de la guerre, ce qui peut entraîner des conséquences inattendues.

Alors, comment les chefs militaires peuvent-ils exploiter le potentiel perturbateur de l’IA tout en minimisant ses risques ? Voici trois mesures à prendre en considération :

Investir dans de solides mesures de cybersécurité pour protéger les systèmes d’IA contre le piratage et le brouillage.

Développer des systèmes d’IA qui peuvent s’adapter et apprendre en temps réel, ce qui leur permet de mieux gérer l’imprévisibilité de la guerre.

Intégrer des décideurs humains dans la boucle, ce qui permet une compréhension plus nuancée et informée des informations générées par l’IA.

Pour mieux illustrer le potentiel de l’IA dans les opérations militaires, examinons trois études de cas :

  • En 2015, l’armée américaine a utilisé des drones dotés d’IA pour cibler et éliminer avec succès le chef d’ISIS Ahmed Abdulkadir Warsame. Les drones ont pu recueillir et analyser de grandes quantités de données, permettant une réponse précise et rapide à une cible de grande valeur.
  • En 2018, l’armée britannique a utilisé des systèmes dotés de l’IA pour détecter et neutraliser des engins explosifs improvisés (EEI) en Afghanistan. Les systèmes ont pu analyser de grandes quantités de données et identifier des modèles qui auraient été impossibles à détecter par des analystes humains, réduisant ainsi considérablement le nombre de victimes des EEI.
  • En 2020, l’armée chinoise a utilisé des systèmes basés sur l’IA pour prévoir et prévenir les cyberattaques sur ses réseaux militaires. Les systèmes ont été capables de détecter et de répondre aux menaces en temps réel, évitant ainsi des dommages importants à l’infrastructure militaire chinoise.

En conclusion, l’IA a le potentiel d’être un avantage perturbateur dans les opérations militaires. Cependant, les chefs militaires doivent être conscients des risques et prendre des mesures pour les minimiser. En investissant dans de solides mesures de cybersécurité, en développant des systèmes d’IA capables de s’adapter et d’apprendre en temps réel, et en intégrant des décideurs humains dans la boucle, les chefs militaires peuvent exploiter le potentiel perturbateur de l’IA tout en minimisant ses risques.

Selon les mots de Clausewitz, “La meilleure défense est une bonne attaque”, et l’IA peut être un outil puissant pour la défense et l’attaque dans la guerre moderne. Il est impératif que les chefs militaires comprennent le potentiel de l’IA et prennent les mesures nécessaires pour l’utiliser pleinement.

Références :

  • Clausewitz, Carl von. Sur la guerre. Penguin Classics, 1984.
  • ” Une frappe de drone de l’armée américaine tue un haut dirigeant d’Al-Shabaab en Somalie “. Commandement américain pour l’Afrique, 11 juin 2015.
  • “L’armée britannique utilise l’IA pour détecter les engins explosifs improvisés en Afghanistan”. The Engineer, 26 novembre 2018.
  • “L’armée chinoise réussit à prévenir les cyberattaques grâce à l’IA”. South China Morning Post, 12 janvier 2020.
Naully

Author Naully

More posts by Naully

Leave a Reply

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com