loader image

En 1633, Galileo Galilei a été condamné et emprisonné pour hérésie par l’Inquisition romaine pour avoir affirmé que les planètes tournent autour du Soleil, plutôt qu’autour de la Terre. Astronome, physicien, philosophe et mathématicien, Galilée, avec Léonard de Vinci, Michel-Ange et d’autres polymathes, en est venu à caractériser une ère de découverte, de créativité et de progrès, souvent face à une résistance intense. C’étaient des hommes de la Renaissance, et en tant que stratèges du numérique, nous devrions nous en inspirer.

La Renaissance est une période de l’histoire européenne, du 14ème au 17ème siècle, qui a vu la fin des âges sombres et l’aube de l’ère moderne. C’est particulièrement intéressant car il existe trois parallèles directs avec l’époque dans laquelle nous vivons.

Tout d’abord, c’était une période de transition entre le Moyen-Âge, une époque de superstition et d’absence de progrès, et l’ère moderne et mécanisée. C’était une époque d’idées révolutionnaires, depuis les prédications de Martin Luther jusqu’aux découvertes de Galilée mentionnées plus haut. C’est également l’époque de l’introduction de la presse à imprimer en Europe par Johannes Gutenberg, qui facilite la diffusion massive de ces idées dans toute l’Europe. Nous pouvons établir un parallèle direct avec l’ère numérique, car les nouvelles idées et inventions bouleversent radicalement nos sociétés. Les deux moteurs de la technologie et de la mondialisation ont rendu notre monde méconnaissable pour quiconque il y a cent ans.

Deuxièmement, les percées de la Renaissance ont été facilitées par une petite élite fortunée, en particulier, lancée par la famille Médicis de Florence qui a agi comme mécène et financier des artistes et philosophes de l’époque. Là encore, il existe un parallèle direct avec la révolution numérique d’aujourd’hui, qui a été menée en grande partie par les capital-risqueurs de la Silicon Valley et les investisseurs providentiels. Ces mécènes de la révolution numérique sont en grande partie responsables de l’émergence et de la prolifération d’une grande partie de la technologie qui a transformé notre monde et facilité la diffusion de nouvelles idées.

Enfin, l’explosion des idées et des technologies a bouleversé les croyances et les normes établies, faisant de cette période une période de conflit et d’anxiété. La Renaissance a été une période d’Inquisition, de guerres continues et de révolutionnaires et réactionnaires religieux. Nous pouvons le voir aujourd’hui dans le contrecoup de la mondialisation et des conflits provoqués par la désintégration de sociétés figées depuis des décennies. Les progrès sont désordonnés et inégaux, et ceux qui sont laissés derrière font sentir leur présence dans le monde entier. La technologie numérique nous a connectés mais aussi isolés comme jamais auparavant, en créant des bulles de filtrage où se forment des chambres d’écho pour amplifier la pensée de groupe.

Add alt text

No alt text provided for this image

En gardant ces parallèles à l’esprit, qui étaient les archétypes des hommes de la Renaissance, et quelle inspiration pouvons-nous en tirer ? Tournons notre attention vers le plus célèbre d’entre eux, Léonard de Vinci. Né à Florence en 1452, Léonard de Vinci était un scientifique, un inventeur, un architecte, un mathématicien, un ingénieur, un botaniste, un cartographe, un géologue, un astronome, un écrivain, un sculpteur et l’un des plus grands peintres qui aient jamais vécu. En plus d’avoir peint la Joconde et la Cène, de Vinci est crédité d’avoir inventé le parachute, l’hélicoptère et le char d’assaut.

Qu’est-ce qui a poussé ce grand génie et que pouvons-nous apprendre de lui ? Dans ses écrits, ce qui ressort en permanence, c’est son insatiable curiosité. Il a écrit que “l’apprentissage n’épuise jamais l’esprit” et que “le fer rouille lorsqu’il n’est pas utilisé ; l’eau stagnante perd sa pureté et, par temps froid, devient gelée ; de même, l’inaction sape la vigueur de l’esprit”.

Nous avons fait valoir à plusieurs reprises que notre curiosité insatiable, notre désir de savoir comment les choses fonctionnent et le fait de ne jamais nous satisfaire du statu quo sont essentiels pour que nous puissions exceller en tant que stratèges. Mais une dimension supplémentaire à considérer ici, que da Vinci met en évidence, est de ne pas regarder de près au sein d’une seule discipline, mais à travers de nombreuses disciplines apparemment sans lien entre elles pour trouver l’inspiration. C’est ainsi que nous restons précieux en tant que généralistes dans une industrie de spécialistes. Un stratège a besoin d’une perspective large, ce qui signifie qu’il doit puiser son inspiration dans des domaines qui ne relèvent pas de sa compétence.

Mais il faut aussi considérer le fait que de Vinci a innové dans ces différents domaines. Il est important d’apporter le même niveau de curiosité et de scepticisme aux nouveaux domaines d’intérêt qu’aux sujets que vous connaissez le mieux. C’est pourquoi les techniques d’apprentissage modernes se concentrent moins sur ce que vous apprenez, mais plutôt sur la façon dont vous apprenez. Il est important d’aborder constamment les nouveaux problèmes et sujets avec la même approche disciplinée et curieuse. Et cette approche est basée sur la simplicité, car comme l’écrivait de Vinci, “la simplicité est la sophistication ultime”

Enfin, de Vinci ne se contente pas de s’appliquer, lui et ses idées, dans le domaine de la théorie. On se souvient de lui parce qu’il a fait quelque chose de matériel. Il a écrit : “J’ai été impressionné par l’urgence de l’action. Il ne suffit pas de savoir, il faut appliquer. Il ne suffit pas de vouloir, il faut faire”. Les personnes qu’il admirait étaient celles qui faisaient bouger les choses, comme il l’a écrit : “Il y a longtemps que j’ai remarqué que les personnes qui réussissent ne se détournent pas de leur tâche et laissent rarement les choses leur arriver. Ils sont sortis et ont laissé les choses leur arriver”. Nous soutenons depuis longtemps que les meilleurs stratèges doivent trouver des moyens de mettre leurs idées en œuvre, sinon elles n’ont que peu de valeur et d’impact, et il est opportun de rappeler que pour être efficaces, nous ne pouvons pas rester les bras croisés et attendre que les choses se passent ; nous devons être les catalyseurs de l’action. N’oubliez pas non plus que nombre de ces idées et actions peuvent aller à l’encontre de la pensée établie, et risquent de se heurter à une certaine résistance. Mais rien de mémorable n’a jamais été accompli en faisant ce que tout le monde fait.

Léonard de Vinci était un homme aux réalisations singulières. Il a vécu à une époque qui est très semblable à la nôtre à bien des égards. Et il a contribué à la façonner et à la définir. Il nous rappelle qu’en faisant preuve de curiosité, en mettant l’accent sur la simplicité et en répondant à un besoin brûlant d’action, nous pouvons contribuer à laisser nos propres traces. Mais cela commence par la joie d’apprendre. Comme il l’a écrit, “le plus noble des plaisirs est la joie de comprendre”. Sans cela, nous ne sommes rien.