« Et il faut se rappeler qu’il n’y a rien de plus difficile à prendre en main, de plus périlleux à conduire, ou de plus incertain dans son succès, que de prendre la tête de l’introduction d’un nouvel ordre de choses, car l’innovateur a pour ennemis tous ceux qui ont bien réussi sous les anciennes conditions, et de tièdes défenseurs dans ceux qui peuvent bien réussir sous les nouvelles. Cette tiédeur provient en partie de la crainte des adversaires, qui ont les lois de leur côté, et en partie de l’incrédulité des hommes, qui ne croient pas facilement aux choses nouvelles avant d’en avoir fait une longue expérience. C’est ainsi que lorsque les hostiles ont l’occasion d’attaquer, ils le font comme des partisans, tandis que les autres se défendent avec tiédeur, de telle sorte que le prince est en danger avec eux. » – Le Prince, Niccolò Machiavelli

Être qualifié de machiavélique équivaut à être considéré comme une personne sans scrupule, immorale et trompeuse. Cet homme a écrit que « puisque l’amour et la peur peuvent difficilement exister ensemble, si nous devons choisir entre les deux, il est beaucoup plus sûr d’être craint que d’être aimé », et que « si une blessure doit être infligée à un homme, elle doit être si grave que sa vengeance ne doit pas être crainte ». Machiavel ne considérait pas les gens comme intrinsèquement bons, mais il écrivait que « l’on peut dire qu’en général, les hommes sont inconstants, hypocrites et avides de gains ».

Mais en dépit de cette vision du monde négative, ou peut-être à cause d’elle, Machiavel a été appelé le fondateur de la science politique moderne et de la realpolitik, et je crois qu’il enseigne cinq leçons qui peuvent profiter au stratège.

Niccolò Machiavelli était un historien, un politicien, un diplomate, un philosophe, un humaniste et un écrivain de la Renaissance italienne. Il a été pendant de nombreuses années un haut fonctionnaire de la République florentine, avec des responsabilités dans les affaires diplomatiques et militaires. Il a également écrit des comédies, des chansons de carnaval et de la poésie, mais il est surtout connu pour son chef-d’œuvre, Le Prince (Il Principe), écrit en 1513. Ce sont ces écrits dont nous pouvons tirer les leçons.

No alt text provided for this image

La première leçon est d’être l’agent du changement. Machiavel a écrit : « Je ne suis pas intéressé par le maintien du statu quo ; je veux le renverser ». Il a compris que le monde ne s’arrête pour personne, que la seule constante est le changement, et que si nous n’acceptons pas ce changement et ne le conduisons pas, nous serons pris au dépourvu et balayés par lui. Il pourrait parler de nos vies à l’ère du numérique lorsqu’il écrit que « quiconque souhaite un succès constant doit changer de conduite avec le temps ». La révolution numérique a entraîné des niveaux de changement sans précédent, qui se produisent tous à une vitesse affolante. Le stratège doit en prendre acte et s’en réjouir.

La deuxième leçon est de comprendre que vous serez toujours confronté à une résistance au changement que vous conduisez. Il écrit : « Il faut se rappeler qu’il n’y a rien de plus difficile à planifier, de plus douteux pour la réussite, ni de plus dangereux à gérer qu’un nouveau système. Car l’initiateur a l’inimitié de tous ceux qui profiteraient de la préservation de l’ancienne institution et ne fait que défendre tièdement ceux qui profitent des nouvelles ». Les entreprises, et les personnes qui y travaillent, ne sont pas prêtes à changer. Elles sont conçues pour maintenir et renforcer le statu quo, en particulier lorsqu’il leur est favorable. Il est beaucoup trop facile de se sentir à l’aise dans la machine. Et le cimetière de l’histoire est jonché de corps de géants de la technologie et des affaires qui sont devenus complaisants et résistants au changement qui peut survenir incroyablement rapidement. Reconnaissez qu’il y aura une résistance à vos efforts pour conduire le changement et vous pouvez planifier en conséquence.

Ce qui nous amène à la troisième leçon, celle de la rapidité. Machiavel écrit que « le sage fait tout de suite ce que le fou fait finalement ». Nous avons souvent discuté de la nécessité pour le stratège d’agir de manière décisive, d’agir rapidement, de tester, d’échouer rapidement et de passer à autre chose. Les empreintes numériques de l’échec sont impermanentes, les enjeux sont donc moindres. Mais l’impact de l’inertie peut être paralysant.

La quatrième leçon est la compréhension de la capacité des gens à réagir aux bonnes comme aux mauvaises nouvelles. Il écrit que « le nouveau dirigeant doit déterminer toutes les blessures qu’il devra infliger ». Il doit les infliger une fois pour toutes ». Plus tard, il ajoute que « les avantages doivent être conférés progressivement ; et de cette façon, ils auront meilleur goût ». C’est une question intéressante, qui mérite quelques explications. Elle repose sur l’idée qu’en tant que personnes, notre capacité de colère ou de bonheur est limitée. C’est-à-dire que nous ne pouvons nous mettre en colère ou être heureux qu’à un moment donné, et qu’en tant que stratèges, nous devrions utiliser cela à notre avantage. Donc, si vous avez une mauvaise nouvelle, donnez toutes vos mauvaises nouvelles en même temps, car le destinataire sera aussi en colère avec une seule mauvaise nouvelle qu’avec trois. L’inverse est vrai pour les bonnes nouvelles. Répartissez vos bonnes nouvelles dans le temps, car on ne peut atteindre un certain niveau de bonheur qu’en une seule fois. En l’étalant, vous donnez à votre public un sentiment de bien-être accru et durable et vous êtes en mesure de mener votre programme de changement de manière plus cohérente.

La cinquième et dernière leçon est d’être subtil et pragmatique. Machiavel écrit que « les hommes jugent généralement plus par l’œil que par la main, car tout le monde peut voir et peu peuvent sentir. Tout le monde voit ce que vous semblez être, mais peu savent vraiment ce que vous êtes ». Il développe ce thème de la subtilité en rappelant qu' »aucune entreprise n’a plus de chances de réussir qu’une entreprise cachée à l’ennemi jusqu’à ce qu’elle soit mûre pour l’exécution ». Machiavel n’est pas le seul à mettre l’accent sur la subtilité ; nous avons déjà exploré ce thème dans les écrits de Sun Tzu. Il combine cet accent sur la subtilité avec la nécessité d’être pragmatique. Comme il l’écrit, « La promesse donnée était une nécessité du passé : le mot brisé est une nécessité du présent ». C’est ce pragmatisme qui rend une grande partie des écrits de Machiavel si controversés, en particulier sa perspective selon laquelle une promesse n’est qu’un mensonge qui attend d’être tenu lorsque la nécessité l’exige. Bien que je ne souscrive pas à sa vision du monde, qui est d’être sans principe, je crois qu’il est important de ne pas être rigide ou idéologique. Être pragmatique, c’est reconnaître que les circonstances changent et que l’avenir est imprévisible. Être pragmatique, c’est être suffisamment souple pour changer de cap si nécessaire. Être pragmatique, c’est se concentrer sur l’objectif, sur le résultat et non sur les étapes individuelles. En bref, être pragmatique, c’est être stratégique.

La plupart des révisionnistes écriront que quelqu’un de controversé était un homme de leur temps, que leurs points de vue et leurs opinions doivent être considérés à travers cette lentille, et non dans la perspective d’une sensibilité moderne. Mon intérêt ici n’est pas de faire cela, ni de passer sous silence les points de vue plus controversés et moins acceptables de Machiavel. Mon intérêt est de comprendre comment certaines de ses idées fondamentales restent vitales à l’ère numérique, et comment leur application nous rend plus efficaces en tant que stratèges. Machiavel n’avait pas une haute opinion de la nature humaine, mais il comprenait de nombreux éléments fondamentaux de ce qu’il fallait pour réussir. Comme il l’a écrit, « celui qui veut être obéi doit savoir commander ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.