loader image

« Les leaders doivent toujours fixer la norme la plus élevée. Dans une campagne d’été, les leaders doivent toujours supporter leur part du soleil et de la chaleur et, en hiver, du froid et du gel. Dans tous les travaux, les leaders doivent se montrer infatigables s’ils veulent bénéficier de la confiance de leurs partisans. »

Xenophon, Cyrus le Grand : Les arts du commandement et de la guerre

Je suis convaincu qu’une personne qui ne connaît pas l’histoire du monde limite considérablement le nombre d’expériences dans lesquelles elle peut puiser en temps de crise. L’histoire vraie de Xénophon et des « dix mille » hommes qui ont quitté la Perse est une source d’inspiration, d’éducation et de sagesse en matière de leadership. Il existe de nombreux parallèles entre les cinq mois de marche des Grecs hors de Perse et les six derniers mois pour beaucoup de lecteurs de ce blog. Voici l’histoire de Wiki pour le contexte de la marche de Xenophon et des Dix Mille.

Dans son avancée contre le roi de Perse, Cyrus le Jeune a utilisé de nombreux mercenaires grecs laissés sans emploi par la cessation de la guerre du Péloponnèse. Cyrus a combattu Artaxerxes II lors de la bataille de Cunaxa. Les Grecs sont victorieux dans cette bataille, mais Cyrus est tué. Peu de temps après, le général grec Cléarque de Sparte est invité à une conférence de paix, au cours de laquelle il est trahi et exécuté. Les mercenaires, connus sous le nom des Dix Mille, se retrouvèrent sans chef au fin fond d’un territoire hostile, près du cœur de la Mésopotamie, qui était loin de la mer. Ils ont élu de nouveaux chefs, dont Xénophon lui-même, et se sont frayé un chemin vers le nord, à travers des Perses, des Arméniens et des Kurdes hostiles, jusqu’à Trapezus, sur la côte de la mer Noire. Ils ont ensuite navigué vers l’ouest pour retourner en Grèce. Sur le chemin du retour, ils ont aidé Seuthès II à se faire roi de Thrace. Le compte rendu de Xénophon sur l’ensemble de l’expédition contre les Perses et le voyage de retour est intitulé Anabasis (« L’expédition » ou « La marche vers le pays »). Il est intéressant de noter que l’Anabasis a été utilisé comme guide de terrain par Alexandre le Grand durant les premières phases de son expédition en Perse.

Maintenant que vous connaissez le contexte de Xénophon et des 10 000 mercenaires, vous apprécierez les leçons de leadership tirées du livre de Xénophon, Anabasis. Voici un résumé des leçons de leadership écrit par Robert Enzenauer. Quels parallèles pouvez-vous tirer des expériences de Xénophon pour les appliquer à votre vie ? Profitez de l’article et apprenez à mieux diriger à partir des expériences de Xénophon.

De nombreux livres populaires ont été écrits pour décrire les principes de leadership de chefs d’État, de personnages bibliques, d’athlètes, de commandants militaires et même de héros de fiction. Cependant, selon l’expert en gestion Peter Drucker, le premier livre systématique sur le leadership – et peut-être le meilleur – a été écrit par l’historien grec Xénophon.

Peu de leaders en dehors de l’armée connaissent même cet individu extraordinaire.

Xénophon était l’un des disciples aisés de Socrate qui quittèrent Athènes pour servir dans le contingent grec « les Dix Mille » levé par Cyrus le Jeune de Perse contre Artaxerxès. Ces troupes ont servi Cyrus lors de la désastreuse bataille de Cunaxa (401 av. J.-C.). Lorsque Cyrus a été tué, les Dix Mille ont été contraints de fuir ou de se rendre aux Perses. Après que les Perses eurent tué les généraux grecs, Xénophon fut choisi comme l’un des chefs de la retraite héroïque de Babylone à la mer Noire, les Grecs se frayant un chemin à travers une terre inconnue et hostile. Le succès de cette marche de cinq mois, l’une des plus célèbres de l’histoire militaire, fut un triomphe de discipline et d’improvisation face à des risques écrasants. Xénophon a non seulement réussi à faire sortir ses hommes de Perse, mais aussi à maintenir l’armée intacte en tant que force de combat.

L’Anabasis de Xénophon (traduit March Up Country ou The Persian Expedition) a été traduit et publié pour la première fois à grande échelle en anglais à l’aube du XXe siècle. Drucker a lu la traduction de 1949 de Rex Warner et a mentionné les écrits de Xénophon dans son classique The Practice of Management, publié pour la première fois en 1955. Le récit vivant de Xénophon a été révisé et réimprimé avec des corrections en 2001 et est maintenant largement disponible. Xénophon était un écrivain prolifique. Ses écrits constituent un véritable trésor d’exemples de leadership réussi. Selon Xénophon, le leadership était l’art d’inspirer l’esprit et l’acte de suivre, quelles que soient les circonstances extérieures. En termes plus métaphysiques, c’était l’art d’orienter l’âme vers un but quelconque.

Le leadership exige une compréhension de la nature humaine Xénophon n’a pas proposé de listes de recettes. Il a plutôt cherché à établir une norme pour ce que devrait être le leadership. Les chefs d’entreprise devraient se familiariser avec cette figure militaire fascinante. Voici un aperçu de certains des principes de leadership que Xénophon a partagés dans ses écrits et qui sont applicables aux dirigeants d’aujourd’hui.

Les leaders attendent des résultats positifs

Après la bataille de Cunaxa, où Cyrus a été tué, l’armée grecque était démoralisée et découragée, car elle ne voyait pas comment faire 1 000 miles pour rentrer en Grèce avec 10 000 soldats dans un pays hostile, sans compter qu’elle faisait face à une armée numériquement supérieure. Xénophon a réuni les officiers et leur a parlé. « Tous ces soldats ont les yeux sur vous, et s’ils voient que vous êtes abattu, ils deviendront des lâches, tandis que si vous êtes vous-mêmes clairement préparés à rencontrer l’ennemi et si vous appelez les autres à faire leur part, vous pouvez être sûrs qu’ils vous suivront et essaieront d’être comme vous. » Xenophon attendait des résultats positifs et il les a obtenus. Les Dix Mille ont échappé à Artaxerxès et ont suivi Xénophon dans la marche la plus étonnante de l’histoire, malgré d’innombrables batailles et difficultés.

Les leaders fixent des attentes claires en matière de performances

Selon Xenophon, la principale responsabilité du leader dans la formation de son organisation est d’enseigner à ses subordonnés la différence entre une performance et un comportement corrects et incorrects, établissant ainsi un ensemble cohérent et réalisable d’attentes. Pour Xénophon, c’est le dirigeant, et non les subordonnés, qui est à blâmer si les attentes ne sont pas claires.

Les leaders fournissent une vision de l’avenir

Xenophon pensait que la vision était la clé. Il a écrit que « leur esprit s’élèvera grandement si l’on peut changer leur façon de penser, de sorte qu’au lieu d’avoir en tête l’idée unique de ce qui va m’arriver ? ils puissent penser ‘quelle action vais-je entreprendre' ».

Les leaders inspirent leurs adeptes

Maintenir le moral des troupes était un impératif pour Xénophon. Le commandant qui maintenait ses hommes en état de préparation, en bonne condition physique, entretenait un esprit de compétition et faisait tout ce qu’il pouvait pour assurer leur sécurité. Xénophon affirmait : « Vous savez, j’en suis sûr, que ce n’est ni le nombre ni la force qui apportent la victoire à la guerre ; mais quelle que soit l’armée qui part au combat plus forte dans l’âme, ses ennemis ne peuvent généralement pas lui résister. »

Les leaders réussissent dans l’adversité

Selon Xénophon, le véritable test d’un leader est de savoir si les gens le suivent de leur plein gré, même dans des moments de grande difficulté. Xénophon considérait que le fait que les gens obéissent à quelqu’un sans contrainte et qu’ils soient prêts à rester à ses côtés en cas de danger était un signe de bon leadership.

En décrivant le leadership supérieur de Cléarque, Xénophon a noté. « Lorsqu’il se trouvait dans une position délicate, il gardait la tête froide, comme en conviennent tous ceux qui étaient avec lui en tout lieu. »

Les leaders donnent l’exemple

Xénophon estimait qu’un grand chef devait s’établir dans la bonne opinion de ses hommes et, pour ce faire, il devait être un modèle pour eux en endurant des épreuves, en faisant preuve de confiance et en donnant l’exemple.

Un jour, alors qu’ils étaient couverts de neige et bien au chaud dans leurs lits, les hommes ne voulaient pas se lever de leur lit et affronter le froid. Xénophon a tenu à se lever, même s’il a admis qu’il lui fallait trouver le courage de le faire, et a commencé à fendre du bois pour faire du feu. Son exemple fut suivi et bientôt beaucoup firent de même.

Une autre fois, alors que Xénophon encourageait ses hommes à avancer à cheval, Soteridas lui reprocha d’être à cheval alors que lui, à pied, était fatigué de porter son propre bouclier. La réaction de Xénophon fut de descendre immédiatement de cheval, de prendre le bouclier de Soteridas, de le pousser hors du rang, de prendre sa place et de marcher avec les hommes.

Les hommes ont réagi en injuriant Soteridas et en le bombardant de petites pierres jusqu’à ce qu’il récupère son bouclier et permette à Xénophon de remonter à cheval.

Xénophon décrit Cléarque comme un bon chef. « C’était une bonne occasion de voir comment Cléarque conduisait ses hommes, avec sa lance dans la main gauche et un bâton dans la droite. S’il pensait que l’un des hommes désignés pour une tâche se relâchait, il choisissait le bon et le battait.« 

En même temps, il allait dans la boue et donnait lui-même un coup de main, de sorte que tout le monde avait honte de ne pas travailler dur avec lui. »

Les leaders sont accessibles et disponibles

Quant à Xénophon lui-même, « chacun savait qu’il était permis de venir le voir, qu’il soit au milieu du petit déjeuner ou du souper, ou de le réveiller de son sommeil et de lui parler, s’ils avaient quelque chose à dire qui ait un rapport avec les combats. »

Les leaders font preuve d’initiative

Selon Xénophon : « … au nom du ciel, n’attendons pas que d’autres personnes […] nous appellent à accomplir de grandes actions. Soyons plutôt les premiers à appeler les autres sur le chemin de l’honneur. Montrez-vous comme les plus courageux de tous les capitaines, ayant plus de droit à la direction que ceux qui sont nos chefs actuellement. Quant à moi, si vous êtes prêt à prendre l’initiative de cette manière, je suis prêt à vous suivre. »

Les leaders dirigent de l’avant, pas de l’arrière

Lors d’une marche avec Seuthès, le roi de Thrace, Xénophon arriva à un endroit où il y avait beaucoup de neige. Il examina le sol pour voir s’il y avait des traces de pas dans un sens ou dans l’autre.

Après avoir constaté qu’il y avait des traces sur la route, il revint rapidement. « Je vais maintenant ouvrir la voie avec la cavalerie, de sorte que, si nous voyons quelqu’un, il n’aura pas la possibilité de s’enfuir pour donner des informations à l’ennemi. »

Les leaders assurent une discipline rapide et équitable

Xénophon croyait en une discipline ferme et juste. Il considérait qu’un bon moral était d’une importance primordiale et voyait la discipline comme une base sur laquelle construire. Il a noté le mal qui peut résulter du fait de « ne pas punir les gens qui se sont comportés de manière désordonnée. Le résultat est que, en fermant les yeux sur eux, vous avez donné aux pires éléments parmi eux une chance de devenir insupportables ».

Il était également catégorique sur l’équité. « J’admets, soldats, que j’ai frappé des hommes dans des cas où il y avait un manque de discipline – le genre de personnes qui étaient tout à fait contentes de voir leur vie sauvée par le fait que vous marchiez en formation et que vous vous battiez quand il le fallait, mais qui quittaient elles-mêmes les rangs et couraient devant et voulaient obtenir plus que leur juste part de butin. »

Les leaders sont honnêtes et dignes de confiance

Pour Xénophon, la confiance entre les hommes et le chef était un impératif. Une motivation importante de la guerre à l’époque de Xénophon était l’accumulation du « butin de guerre ». Cependant, Xénophon estimait qu’il n’y a pas de biens plus nobles et plus brillants que l’honneur, l’équité et la générosité.

« Je n’ai jamais rien reçu de vous pour les soldats et je l’ai gardé. Jamais, pour mon profit personnel, je ne vous ai demandé ce qui était à eux. Je n’ai même jamais exigé de vous ce que vous m’aviez promis. Et je vous jure que je ne l’aurais jamais pris, même si vous me l’aviez offert, à moins que les soldats n’obtiennent en même temps ce qui leur était dû. C’eût été une action déshonorante que de mettre mes propres affaires en ordre et de permettre aux leurs de rester dans une mauvaise passe, surtout quand j’étais tenu en honneur par eux. »

Les leaders récompensent les bonnes performances

Xénophon a donné des instructions à ceux qu’il contrôlait « … lorsque vous serez arrivé et que vous aurez pris le commandement, vous donnerez à Dexippus et aux autres une chance de montrer ce à quoi chacun est bon, et vous récompenserez chacun selon ses mérites ».

En décrivant Cyrus, il dit . « En effet, chaque fois que quelqu’un s’acquittait efficacement d’une tâche qu’il lui avait confiée, il ne permettait jamais que son bon travail ne soit pas récompensé. Par conséquent, on disait que Cyrus obtenait les meilleurs officiers pour tout type de travail. »

Et Xénophon ajoute : « Lorsqu’il voyait qu’un homme était un administrateur compétent, qu’il agissait selon des principes justes, qu’il améliorait les terres sous son contrôle et qu’il les faisait fructifier, il ne lui retirait jamais son poste, mais lui donnait toujours des responsabilités supplémentaires. Le résultat était que ses administrateurs faisaient leur travail avec entrain et gagnaient de l’argent en toute confiance. »

Les leaders ont des adeptes fidèles

L’une des convictions les plus fortes de Xénophon est qu’un commandant doit inculquer la loyauté à ses hommes. Son attitude à l’égard du traitement de tous les hommes, y compris les esclaves, est claire.

La volonté plutôt que la coercition est le meilleur moyen : « Je pense que celui qui crée des problèmes à son commandant quand il y a une guerre en cours, se crée des problèmes à lui-même. »

En décrivant le leadership de Clearchus, Xenophon a noté. « Dans les positions difficiles, les soldats lui accordaient toute leur confiance et ne souhaitaient personne de mieux. »

Les leaders respectent les normes les plus élevées en matière de comportement éthique.

Pour se défendre, Xénophon a convoqué une assemblée et s’est exprimé comme suit : « Soldats, j’entends dire que quelqu’un m’accuse de vouloir vous tromper. Je dois donc vous prier de m’écouter. S’il est prouvé que je vous fais du tort, je ne dois pas quitter cet endroit sans en souffrir. Si, par contre, il est prouvé que ce sont mes accusateurs qui font le mal, alors vous devez les traiter comme ils le méritent. »

Les leaders prennent soin de leurs disciples

Pour Xénophon, le lien entre le chef et le soldat était un contrat tacite. Prendre soin de ceux qui sont sous son commandement est primordial et va de pair avec le maintien du moral. Il ne s’agissait pas seulement d’adopter des tactiques efficaces pour assurer leur sécurité, mais de veiller à leur bien-être au quotidien.

Xénophon décrit de manière imagée les problèmes rencontrés lorsque la marche devait se faire dans la neige profonde et il énumère les moyens permettant d’éviter de telles souffrances. En tant que chef soucieux, il s’assurait que ses hommes suivaient les instructions. Selon Xénophon, la chose la plus importante à faire pour un commandant était de se sacrifier au nom de ses hommes.