loader image

Le travail de Giovanni Boccaccio a appris aux citoyens comment maintenir leur bien-être mental en période d’épidémie et d’isolement.

Illustration du Decameron, 1492

La propagation du virus Covid-19 a déclenché une épidémie de messages. Ces conseils sont importants, mais ils semblent destinés à rendre nos vies plus misérables et isolées. Cependant, il existe une source inhabituelle de conseils qui offre une autre façon de faire face à une épidémie. Cette source est le Décaméron.

L’auteur italien de la Renaissance, Giovanni Boccaccio, a écrit le Décaméron à la suite de l’épidémie de peste à Florence en 1348. La maladie a ravagé la ville, réduisant la population d’environ 60 %. Boccaccio décrit comment les Florentins « tombaient morts dans les rues ouvertes, de jour comme de nuit, tandis que beaucoup d’autres, bien que mourant dans leur propre maison, attiraient davantage l’attention de leurs voisins par l’odeur de leurs cadavres en décomposition ».

Les liens sociaux se sont brisés car « ce fléau avait implanté une telle terreur dans le cœur des hommes et des femmes que les frères abandonnaient leurs frères, les oncles leurs neveux, les sœurs leurs frères », et « les pères et les mères refusaient d’allaiter et d’aider leurs enfants ».

Certaines personnes se sont retirées dans leurs maisons, tandis que d’autres ont formé des groupes et ont titubé dans la ville pendant plusieurs jours. Les dix amis que le Décaméron suit quittent Florence pour une villa déserte à la campagne. Arrivés dans leur idylle rurale, ils passent leurs journées à raconter des histoires amusantes et souvent racoleuses.

Dans un autre livre de conseils sur la peste de l’époque, le théologien italien Nicolas de Burgo recommandait aux gens de « se méfier de la peur, de la colère, de la tristesse, de l’angoisse excessive, des pensées lourdes et autres choses semblables. Et il faut également veiller à pouvoir être joyeux, à être heureux, à écouter des berceuses, des histoires et des mélodies ».

La prescription de Boccaccio peut sembler dépassée. Il n’a pas compris ce que nous faisons maintenant sur la façon dont les fléaux se propagent. Néanmoins, des travaux récents en épidémiologie sociale suggèrent que Boccaccio pourrait avoir saisi quelque chose d’important sur les épidémies. En recommandant aux gens d’éviter la ville, Boccaccio se faisait le champion de ce que les experts de la santé publique appellent aujourd’hui l’isolement social.

Boccaccio a également compris l’importance de ce que nous appelons aujourd’hui le « bien-être ». Les quarantaines peuvent avoir un impact considérable sur la santé mentale. Une étude a révélé qu’environ 30 % des personnes qui ont été isolées lors de l’épidémie de Sars de 2003 à Toronto ont ensuite souffert de dépression ou de stress post-traumatique. Cela était dû à un sentiment d’isolement et de stigmatisation. Partager des histoires peut aider à tenir à distance des sentiments désolants.

La foi de Boccaccio dans le pouvoir curatif des récits a été étayée par des dizaines d’études sur l’impact des récits sur notre santé. En examinant ces études, James Pennebaker, de l’université du Texas, a conclu que « lorsque les gens mettent leurs bouleversements émotionnels en mots, leur santé physique et mentale s’améliore nettement ». Si les histoires ne vous protègent peut-être pas d’un virus, elles peuvent vous protéger des sentiments de malaise qu’engendrent les épidémies.

Boccaccio a également compris le rôle crucial de ce que nous appelons aujourd’hui les réseaux sociaux dans les crises de santé publique. Par exemple, une étude réalisée en 2010 par Nicolas Christakis a révélé que les étudiants de premier cycle les plus populaires de l’université de Harvard étaient aussi les plus susceptibles d’attraper la grippe. En revanche, les étudiants dont les réseaux sociaux étaient peu développés étaient souvent épargnés. Cela suggère que des réseaux sociaux bien développés peuvent mettre notre santé en danger.

Mais nos réseaux sociaux peuvent également nous aider si nous sommes touchés. Une étude menée par la psychologue clinicienne Kitty Wu sur les personnes mises en quarantaine lors de l’épidémie de Sars de 2003 à Hong Kong a révélé que les personnes ayant des réseaux sociaux plus denses étaient beaucoup moins susceptibles de devenir dépressives et de souffrir de troubles de stress post-traumatique. C’est une leçon que Boccaccio a saisie il y a plus de 750 ans : la maladie nous conduit souvent à nous éloigner des autres, mais en même temps les gens endurent la misère lorsqu’ils sont complètement isolés.

La majorité d’entre nous n’a pas de villa de campagne où se retirer, mais les conseils de Boccaccio restent pertinents à certains égards. Le Décaméron nous rappelle que nous avons besoin du soutien des autres pour traverser une crise de santé publique. Plutôt que de nous laisser saisir par une épidémie de peur, nous devrions essayer de nous occuper des plaisirs communs tels que jouer à des jeux, apprécier la musique et partager des histoires. Ces activités non seulement améliorent notre sentiment de bien-être, mais elles nous mettent aussi en contact avec les autres.

Certaines des leçons de la Toscane du XIVe siècle semblent avoir été réapprises dans la Chine du XXIe siècle. Pendant les longues journées et nuits d’isolement forcé, lorsque certaines villes chinoises étaient bouclées à cause du coronavirus, les habitants cherchaient de nouvelles façons de se connecter avec les autres. Des clubs de livres et des forums de cuisine en ligne ont vu le jour. Les DJ diffusaient des sets en direct et les gens transformaient leurs appartements en boîtes de nuit improvisées. Le soir, les habitants des tours se penchaient par la fenêtre et chantaient « Wuhan jianyou » (en gros : « continuez le combat »).

De telles activités nous rappellent l’importance de la connexion lorsque nous sommes socialement isolés. Elles constituent certainement une meilleure expérience que de suivre l’exemple d’un homme qui a été isolé lors de l’épidémie de Covid-19 en Chine. Il passait ses journées à courir un ultra-marathon en faisant le tour de son minuscule appartement.

Aujourd’hui, nous voyons le Décaméron comme un recueil d’histoires amusantes à garder près de votre lit. Au XIVe siècle, c’était une forme de prescription sociale. Selon Martin Marafiot, de l’université Pace, la prescription de Boccaccio pour une épidémie était une bonne dose de « prophylaxie narrative ». Cela signifiait qu’il fallait se protéger avec des histoires. Boccaccio a suggéré que vous pouviez vous sauver en fuyant les villes, en vous entourant d’une agréable compagnie et en racontant des histoires amusantes pour garder le moral. Grâce à un mélange d’isolement social et d’activités agréables, il était possible de survivre aux pires jours d’une épidémie.

La prescription de Boccaccio a inspiré toute une série de manuels de conseils médiévaux. Tomasso del Garbo, l’un des plus éminents médecins florentins de l’époque, suggérait que lorsqu’une épidémie frappait, les gens devaient éviter d’envisager la mort. Il leur conseillait plutôt de se réunir dans un jardin agréable et « d’utiliser des chansons, des jeux et d’autres histoires agréables qui n’épuisent pas le corps, et toutes ces choses délicieuses qui apportent du réconfort ».