Skip to main content

“L’émotion la plus ancienne et la plus forte de l’humanité est la peur, et le type de peur le plus ancien et le plus fort est la peur de l’inconnu.” – Howard Phillips Lovecraft (1890 – 1937)

Parmi les vastes espaces à la surface de la terre, le ciel et la mer ont été les profondeurs choisies par les explorateurs. Le ciel, traversé seulement par les nuages pendant la journée, a été et continue d’être la boussole la plus efficace pendant la nuit, lorsqu’il est rempli de constellations. Pour les navigateurs, le ciel assurait une route ; pour les premiers philosophes, il fournissait des preuves et des hypothèses sur les dimensions astronomiques de l’univers ; pour les mystiques et les religieux, il était l’expression de la volonté divine et un macrocosme, un guide pour prédire les destins individuels et même pour diagnostiquer les maladies. L’océan, son pendant et son miroir, a toujours été plus menaçant, peut-être parce qu’il a été plus transité : la mer a été pendant des siècles un lieu d’aventures et de voyages, de conquêtes, de guerres et de commerce. Malgré la familiarité avec laquelle les marins naviguaient sur les mers, leurs profondeurs sont restées un mystère pendant des siècles et, avouons-le, elles le restent encore aujourd’hui.

Dans l’art de la cartographie médiévale, les régions du globe qui n’avaient pas encore été déchiffrées étaient appelées terra incognita. Celle qui est là-bas, de l’autre côté de l’océan, et qui commence juste là où notre monde finit. Là où la brume dicte ses lois inaudibles.

Cette peur culturelle que provoque l’inconnu, et qui trouve peut-être son origine dans la biologie de la survie, n’agit pas seulement au niveau de la société ou de l’espèce, mais aussi au niveau micro.

Nous avons tous notre propre terra incognita, ce qui nous habite mais que nous préférons éviter, et ce que Jung appelait “l’ombre”.

“On ne peut voir la lumière sans l’ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie. Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité.”Carl Gustav Jung

Un autre bon exemple de cette terre inconnue se trouve dans le domaine de la connaissance et, en particulier, dans le domaine scientifique. Les scientifiques travaillent, en temps réel, pour gagner du terrain sur les mystères de l’univers et ainsi repousser les limites du familier – n’oublions pas qu’ils sont les véritables chasseurs de trésors.

Pourquoi le concept de Web 3.0 est important et que vous devriez le connaître

On parle beaucoup du Web 3.0 et des changements radicaux qu’il apportera au secteur, mais peu de gens savent vraiment pourquoi il a vu le jour et ce qu’il apportera. Pour le comprendre, il faut remonter dans le temps et examiner ses prédécesseurs, le Web 1.0 et 2.0.

Tout comme au Moyen Âge, le Web 1.0 n’a reçu son nom que lorsqu’il a mordu la poussière. Le “World Wide Web”, comme on l’appelait, n’était qu’un ensemble de sites Web statiques contenant une foule d’informations, mais aucun contenu interactif. Pour se connecter, il fallait composer un numéro de téléphone à l’aide de modems rudimentaires et empêcher toute personne de la maison d’utiliser le téléphone. C’était le web des salons de discussion AOL et de MSN messenger, d’AltaVista et d’Ask Jeeves. Il était d’une lenteur déconcertante. Les vidéos et la musique en streaming ? Pas question. Le téléchargement d’une chanson prenait au moins une journée.

No alt text provided for this image

Source: www.mdpi.com/futureinternet

Et puis il y eu la 2.0

Le souvenir des modems bruyants et des interfaces ennuyeuses s’est largement estompé. L’accélération des vitesses d’accès à l’internet a ouvert la voie à un contenu interactif. Le web ne sert plus à observer, mais à participer. Le partage mondial de l’information a donné naissance à l’ère des “médias sociaux”. Youtube, Wikipédia, Flickr et Facebook ont donné une voix aux sans-voix et un moyen de faire prospérer des communautés partageant les mêmes idées.

La publication de ce billet de blog me prendra 30 secondes, une amélioration incommensurable par rapport à l’époque où il fallait un effort concerté entre concepteurs, développeurs et administrateurs pour modifier un simple site web. Nous pourrions appeler cela l’ère “Lire-Écrire-Publier” – où la diffusion de l’information est aussi simple que ces trois mots. La question se pose donc : le web 2.0 est formidable, qu’est-ce qui a mal tourné ?

L’information, c’est de l’argent

Selon les Nations unies, le nombre d’utilisateurs d’internet est passé de 738 millions à 3,2 milliards entre 2000 et 2015. C’est une quantité insondable de données qui circulent, et comme les grandes entreprises numériques l’ont compris, les informations personnelles sont un atout extrêmement précieux. C’est ainsi qu’a commencé le stockage massif de données dans des serveurs centralisés, Amazon, Facebook et Twitter en étant les principaux dépositaires. Les gens ont sacrifié la sécurité au profit de la commodité de ces services ; qu’ils le sachent ou non, leur identité, leurs habitudes de navigation, leurs recherches et leurs achats en ligne ont été vendus au plus offrant.

La révolution 3.0

À ce stade, les adeptes du Web 2.0 rêvaient déjà d’un successeur. Le prochain web, envisagent-ils, prendrait un tour nostalgique à la vision du web 1.0 : plus “humain” et plus privé. Plutôt que de concentrer le pouvoir (et les données) entre les mains d’énormes mastodontes aux motivations douteuses, il serait rendu à ses propriétaires légitimes.

La vision d’un web plus juste et plus transparent remonte à 2006 environ, mais les outils et les technologies n’étaient pas encore disponibles pour qu’elle se concrétise. Le bitcoin n’existait pas encore depuis trois ans, mais il apportait la notion de grand livre distribué, ou blockchain, pour le stockage numérique de pair à pair. La décentralisation était l’idée ; la blockchain était le moyen. Nous avons maintenant ce que l’on décrit comme un internet centré sur l’homme.

Un internet favorable à la vie privée et anti-monopole

Si le Web 2.0 a démocratisé de nombreuses structures de pouvoir et créé de nouvelles opportunités, le moteur économique est largement privatisé et monopolisé. Facebook, Uber et AirBnB ont créé des réseaux privés pour des infrastructures publiques qu’ils dominent. Le Web 3.0 est l’antithèse de cela, il s’agit de multiples centres de profit partageant la valeur à travers un réseau ouvert.

Il est facile d’imaginer un avenir pas si lointain où les téléphones à cryptomonnaies, les VPN, le stockage décentralisé et les portefeuilles de cryptomonnaies seront répandus. Un avenir où l’on n’aura plus besoin des fournisseurs de réseaux et de services cellulaires qui suspendent ou surveillent nos informations. Si nous voulons éviter de sombrer dans une dystopie de la vie privée à la Black Mirror, ce sont les outils dont nous avons besoin. Le Web 3.0 offre un certain nombre d’avantages :

Pas de point de contrôle central : Les intermédiaires sont supprimés de l’équation, les blockchains comme Ethereum fournissent une plateforme sans confiance où les règles sont incassables et où les données sont entièrement cryptées. Alphabet et Apple n’auront plus le contrôle des données des utilisateurs. Aucun gouvernement ou entité n’aura la capacité de tuer des sites et des services ; et aucun individu ne pourra contrôler l’identité des autres.

Propriété des données : Les utilisateurs finaux retrouveront le contrôle total des données et bénéficieront de la sécurité du cryptage. Les informations pourront alors être partagées au cas par cas et sur la base d’autorisations. À l’heure actuelle, de grandes entreprises comme Amazon et Facebook disposent d’usines de serveurs stockant des informations sur les préférences alimentaires, les revenus, les intérêts, les détails des cartes de crédit, etc. Ce n’est pas seulement pour améliorer leurs services : les spécialistes du marketing et les annonceurs paient des milliards chaque année pour obtenir ces données.

Réduction spectaculaire des piratages et des violations de données : Comme les données seront décentralisées et distribuées, les pirates devront éteindre l’ensemble du réseau, tandis que les outils d’État tels que Vault7, utilisés par les agences à trois lettres, seront rendus obsolètes. À l’heure actuelle, les sociétés Internet sont obligées de communiquer les données des utilisateurs ou de se soumettre à un examen minutieux de l’ensemble de la base de données. Ces intrusions dans les données ne se limitent pas aux grandes menaces de sécurité telles que le terrorisme ; en 2017, Coinbase a attaqué l’IRS en justice pour avoir demandé à voir les données de plus de 15 000 clients.

L’affaire, que Coinbase a finalement perdue, a ouvert la voie à des entités gouvernementales pour s’emparer des finances de milliers de clients, avec peu de motifs justifiant l’intrusion. Des cas comme celui-ci n’est malheureusement pas isolé ; en 2013, le fournisseur de messagerie sécurisée Lavabit a préféré fermer ses portes plutôt que de remettre ses clés SSL au gouvernement américain pour qu’il puisse surveiller Edward Snowden.

Interopérabilité : Les applications seront faciles à personnaliser et indépendantes des appareils, capables de fonctionner sur les smartphones, les téléviseurs, les automobiles, les micro-ondes et les capteurs intelligents. À l’heure actuelle, les applications sont spécifiques au système d’exploitation et sont souvent limitées à un seul système d’exploitation. Par exemple, de nombreux portefeuilles de cryptomonnaies Android ne sont pas disponibles sur iOs, ce qui est source de frustration pour les consommateurs qui utilisent plusieurs appareils. Cela ajoute des dépenses pour les développeurs chargés de publier de multiples itérations et mises à jour de leurs logiciels.

Les blockchains sans permission : N’importe qui peut créer une adresse et interagir avec le réseau. On ne saurait trop insister sur le pouvoir d’accès aux chaînes sans permission. Les utilisateurs ne seront pas exclus en raison de leur situation géographique, de leur revenu, de leur sexe, de leur orientation ou d’une multitude d’autres facteurs sociologiques et démographiques. La richesse et les autres actifs numériques peuvent être transférés de manière transfrontalière, rapide et efficace, partout dans le monde.

Un service ininterrompu : La suspension des comptes et le déni de service distribué sont considérablement réduits. Comme il n’y a pas de point de défaillance unique, les interruptions de service seront minimes. Les données seront stockées sur des nœuds distribués pour assurer la redondance et des sauvegardes multiples permettront d’éviter les pannes ou les saisies de serveurs.

Comment cela va-t-il fonctionner ?

Comme toute technologie émergente, elle est encore en cours de perfectionnement. Pour accéder au web décentralisé, les gens n’auront besoin que d’une graine. Il s’agira d’un actif unique qui permettra d’interagir avec les dApps et d’autres services. Les individus utiliseront toujours un navigateur web pour accéder à l’internet, et l’aspect visuel sera celui d’un Web 2.0 convivial.

En apparence, la courbe d’apprentissage de 2.0 à 3.0 sera douce. Mais en coulisses, le cadre qui relie les utilisateurs aux services numériques est sensiblement différent. Les transactions sont signées et vérifiées manuellement, afin d’empêcher les plateformes de siphonner des informations personnelles sans raison valable. Les internautes choisissent de participer plutôt que d’essayer – et souvent d’échouer – de se retirer.

Au lieu de Google Drive ou Dropbox, nous avons des services comme Storj, Siacoin, Filecoin ou la technologie IPFS pour distribuer et stocker les fichiers.

  • Au lieu de Skype, nous avons des plateformes comme Experty.io.
  • Au lieu de WhatsApp et Wechat, nous avons Status
  • Au lieu de systèmes d’exploitation comme iOS et Android, des frameworks comme Essentia.one et EOS offrent une passerelle vers le nouveau web.
  • Akasha ou Steemit joueront le rôle de Facebook, le navigateur Brave servira de Chrome et Ethlance pourra prendre le relais d’Upwork.

No alt text provided for this image

Ce ne sont là que quelques exemples. À mesure que le Web 3.0 entre en action, de nouvelles plates-formes émergeront avec un niveau de concurrence sain, non étouffé par des fournisseurs de services monopolistiques. Il est probable que les meilleurs dApps et services décentralisés que nous utiliserons dans trois ans ne soient qu’une lueur dans l’œil des développeurs.

Le concept est le suivant : à l’heure actuelle, les applications décentralisées, les portefeuilles, les plateformes et autres actifs numériques qui constituent le Web 3.0 sont éparpillés. L’accès à ces interfaces nécessite des semences, des identifiants et des identités distincts, un peu comme dans le Web 2.0 actuel. Le Web 3.0 reliera ces plates-formes disparates par une semence unique. Comme celle-ci fonctionnera comme une clé cryptée qui pourra être associée à son propriétaire, le Web 3.0 fournira une preuve d’identité, mais sans révéler plus que nécessaire l’identité de l’individu.

Tout comme le Web 2.0 n’a pas automatiquement éteint le Web 1.0 (qui continue de prendre la poussière dans certaines parties de l’internet), le passage au Web 3.0 prendra du temps et nécessitera une intégration dans les systèmes en ligne existants. Les roues ont déjà été mises en mouvement et le train a quitté la gare. Le Web 3.0 est une révolution en marche, nous avons dépassé le point de non-retour.

Naully

Author Naully

More posts by Naully

Leave a Reply

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com